Nguyen Hoang - Marseille

Formule choisie:
Bo Bun Nem à 7€; Banh Cam à 1€ + 1 thé à 0,50€

Qualité/Prix: 3,5/4
Il s'agit incontestablement du point fort de la maison: le rapport qualité/prix, pour ce type de cuisine sur Marseille, demeure sans concurrence. Pour moins de 10€, soupes, crêpes, nouilles sautées, nouilles croustillantes ou encore plats de vermicelles de riz y sont proposés. Tous les jours, avec amour et soin, Madame Nguyen, maîtresse des lieux, s'efforce de préparer dans le plus pur respect de la tradition, les spécialités de son Vietnam. Il n'est d'ailleurs pas rare de la voir œuvrer en terrasse quelques heures avant le début du coup de feu. Pour les non-habitués du lieu, il vous sera certainement demandé, dès votre arrivée, si vous aimez les nems. Si tel est le cas, un Bo Bun Nem, qualifié de meilleur de Marseille par sa "procréatrice", vous sera servi. Si vous résistez à cette première tentation, la carte vous le rappellera: soupe Pho, Banh Cuon, Bun Tom Nem et le fameux Bo Bun Nem sont présentés (à juste titre) comme leurs coups de cœur.  

Cadre/Décor/Service: 3/6
Derrière l'enseigne minimaliste rouge et jaune et la façade pas des plus engageantes, se cache, en réalité, une vraie effervescence, contrastant avec la froideur et la tristesse de la rue Méry. Pas de décoration superflue dans ce lieu, juste le strict minimum: tout objet se rapportant à l'Orient gravite autour du mini-bar. Au rez-de-chaussée, à l'étage comme en terrasse, les parfums d'une véritable cantine vietnamienne où se mêle également l'odeur de friture, y sont présents. Inutile de porter son regard et son attention sur la parure, l'accent est, avant tout, mis sur le goût, le partage et la découverte d'une cuisine familiale. Mention spéciale néanmoins pour un service en plastique où le kitsch renaît avec élégance. Paraissant parfois dépassée, la patronne, très énergique et aidée de temps à autre par ses plus fidèles clients, abat un travail monstrueux aux heures de pointe. Son humour et sa bonne humeur en toute circonstance effacent très rapidement tout début de mécontentement des "consommateurs" se plaignant de lenteurs ou d'interversions de commandes.     

Cuisine: 8/10
Obéissant aux consignes, un Bo Bun Nem accompagné de sa théière s'est donc vu "balancé" avec adresse sur ma table. Mais alors, qu'est-ce qu'un Bo Bun Nem? Le Bo Bun se traduit littéralement, en vietnamien, par "bœuf" et "vermicelle de riz": ce plat se compose donc de bœuf à la citronnelle, de vermicelles de riz, de carottes, de salade, de nems à la crevette, de cacahuètes et de menthe. Le bol, abondamment garni, se révèle être un puits de fraîcheur. Un Banh Cam déboule ensuite sous mes yeux, dessert pour lequel je n'ai pas eu mon mot à dire. Mais alors, qu'est-ce qu'un Banh Cam? Le Banh Cam se traduit littéralement, en vietnamien, par "gâteau orange": cette petite boule, à peine plus grosse qu'une balle de ping-pong et parfaitement régulière, se compose donc de pâte de riz et de haricots mungo et de graines de sésame. Frit et servi chaud, ce bonbon très légèrement sucrée, allie deux textures surprenantes en bouche: l'enveloppe croustillante et la farce moelleuse et farineuse.

Note globale: 14,5/20




CONVERSATION

1 commentaires:

back
to top