Une Table Au Sud - Marseille

Formule choisie:
Menu "Un déjeuner au Sud" à 31€: déclinaison autour de la carotte des sables (taboulé, gelée...); œuf de poule cuit en basse température sur son lit de riz camarguais rouge/courgettes et velouté de cèpes; aiglefin rôti, fricassée de légumes de saison et émulsion de bouillabaisse; dessert autour de la figue et la prune, accompagné de son sorbet aux fruits rouges

Qualité/Prix: 4,5/5
Depuis début 2013, Ludovic Turac, ancien candidat de la seconde saison de Top Chef, et son épouse Karine, sommelière et directrice de salle, assurent la succession de Lionel Lévy au restaurant Une Table Au Sud. Ils mettent ainsi à profit leur complicité pour former une pétulante brigade et obtiennent leur première consécration au Guide Michelin en 2015. Riche de sa première étoile, Ludovic s'épanouit en cuisine, en travaillant principalement les richesses de la mer qu'il aime sélectionner directement auprès des pêcheurs du Vieux-Port et les légumes méditerranéens dénichés, non loin de là, au marché de Noailles. De son imagination, s'échappent cinq menus: le très accessible "Un déjeuner au Sud" à 31€ élaboré à partir des produits du moment, "Le temps d'une saison" à 48€, sa version bien personnelle de la bouillabaisse à 78€, le menu "Signatures" à 98€ composé notamment d'un aïoli présenté sur une foccacia noire toastée à l'huile d'olive et enfin, le solide menu "Inspiration" à 105€ servi en huit temps.

Cadre/Décor/Service: 4,5/5
Située judicieusement au première étage du numéro 2 du Quai du Port, la principale salle d'Une Table Au Sud, baignée de lumière grâce aux larges ouvertures, jouit d'une vue exceptionnelle sur, entre autres, la Bonne Mère. La sobriété semble caractériser assurément la décoration épurée du lieu: parquet bigarré et soigneusement lustré, tables drapées de nappes immaculées sans le moindre pli, chaises aux assises bordeaux et orange faisant écho aux teintes des assiettes personnalisées dans une manufacture à Limoges, portes habillées de croûtes de cuir et mur paré d'un majestueux miroir convexe, tel un œil bienveillant sur les clients. A ce propos, le discret service, véritable relais réglé comme du papier à musique, sait se faire oublier par des interventions jamais intrusives, toujours à bon escient.

Cuisine: 9/10
Précédée d'un fin amuse-bouche autour de la carotte des sables examinée sous toutes ses coutures, l'alchimie entre le jaune d'œuf coulant, le très puissant et onctueux velouté des sous-bois et le riz légumier croquant surprend. L'équilibre des textures ne constitue pas la seule prouesse de la cuisine du jeune chef de vingt-huit ans: le respect et la justesse des températures fascinent également. Ces qualités s'intensifient dans le plat où la fricassée de légumes et l'émulsion de bouillabaisse viennent sublimer le poisson blanc nacré à cœur. Pour conclure et contrairement à de nombreuses autres tables, le dessert n'altère pas l'intensité générale du repas, malgré une crème fouettée en manque de relief. Les fruits frais finement tranchés et l'exquis sorbet aux fruits rouges complètent une assiette acidulée dans laquelle la tartelette à la pâte croustillante reste reine.

Note globale: 18/20

2 Quai du Port, 13002 Marseille (ouvert du mardi à samedi, de 12h à 14h et de 19h30 à 22h et le dimanche de 12h à 14h)



CONVERSATION

0 commentaires:

Publier un commentaire

back
to top