Éclectique - Marseille

Attardons-nous un peu plus sur ce lieu, à la fois coffee shop, cave à bières et cantine du midi, Éclectique, qui bouscule le disetteux quartier des Réformés en proposant une alternative léchée de petite restauration...

Le sourcing?
Un casting de rêve avec, pour acteur principal, le pain de la boulangerie voisine Le Bar A Pain, pour seconds rôles, les bières artisanales de la Brasserie Zoumaï et le café du torréfacteur Deep Coffee

La cuisine?
Un respect des saisons, une promesse au local / au végétarien et une touche de folie, le tout orchestré par Axelle Poittevin

Le rapport qualité/prix?
Excellent! La formule magique à 19,50 euros compte un plat, un dessert (au prix abracadabrantesque de 4 euros à la carte 🤪), un "kawa" comme ils l'aiment à l'appeler et un jus frais

Le service?
Anarchiquement organisé: aucun problème à signaler de mon côté mais plus laborieux autour de moi

Verdict? 🐷🐷
À la fois riche de sa clientèle cosmopolite et pauvre de ses voisins de rue importuns, Éclectique ne vous laissera pas indifférent de par sa cuisine insoupçonnée

30 cours Joseph Thierry - 13001 Marseille

Ouvert du lundi au samedi de 8h30 à 22h30

Aubergine confite aux épices, petit épeautre de Haute-Provence, pois chiches au four, sauce magique féta, ketchup de betteraves à l'estragon et coriandre / Pavlova éclectique




CONVERSATION

2 commentaires:

  1. le disetteux quartier des Réformés...À la fois riche de sa clientèle cosmopolite et pauvre de ses voisins de rue importuns...
    Ça fait beaucoup de mépris en si peu de ligne à mon goût.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En quoi il y a du mépris dans ces quelques lignes SVP? Le quartier des Réformés n'est pas un des plus riches de Marseille. Alors, je peux comprendre que le mot "disetteux" est exagéré mais de là à y voir du mépris, je ne comprends pas. Quant à la deuxième phrase, lorsque je suis interrompu 3 fois durant le même déjeuner par des personnes faisant la marche, j'estime avoir le droit de me plaindre mais encore une fois, ce n'est pas du mépris. Le mépris aurait été de ne jamais y mettre les pieds...

      Supprimer

back
to top